Brouille entre Yaoundé et Washington

Publié par

Le porte-parole du gouvernement camerounais, René Emmanuel Sadi a exprimé son indignation et son désaccord concernant une déclaration de Tibor Nagy, sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines à propos des arrestations d’opposants et de la gestion de la crise anglophone.

Le porte-parole du gouvernement s’exprimait dans un communiqué de presse rendu public mardi soir.

« Le gouvernement camerounais regrette vivement ces propos qui, non seulement dénotent une méconnaissance des enjeux, des réalités et des faits, concernant l’arrestation de Maurice Kamto et nombre de ses partisans, ainsi que la situation dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, mais aussi trahissent une grave velléité d’immixtion à peine voilée et inadmissible, dans les affaires intérieures du Cameroun », a dénoncé le gouvernement camerounais.

D’après Yaoundé, « Maurice Kamto et ses partisans sont détenus pour des faits de droit commun, entre autres, d’insurrection, d’hostilité contre la patrte, de rébellion et de destruction de biens publics, tant à l’intérieur du pays que dans plusieurs ambassades du Cameroun à l’étranger».

Dans une interview accordée le 5 mars à une radio internationale, le sous-secrétaire d’Etat américain, chargé des Affaires africaines, Tibor Nagy, avait indiqué qu’il pense vraiment qu’il serait « très sage » de libérer l’opposant camerounais Kamto.

« Parce que, que ce soit vrai ou faux, il est perçu comme ayant été incarcéré pour ses activités politiques ».

Concernant la crise dans les deux régions anglophones, le diplomate américain a appelé les autorités camerounaises à être « plus sérieuses » dans leur gestion de la crise anglophone.

Tibor Nagy, sous-secrétaire d’Etat américain chargé des Affaires africaines est attendu au Cameroun les 17 et 18 mars pour une visite de travail. Il rencontrera les autorités pour évoquer, entre autres, le cas de Maurice Kamto.

Pour rappel, l’opposant Maurice Kamto avait été arrêté suite aux manifestations du 26 janvier 2019 au Cameroun et à l’étranger, refusant les résultats de la présidentielle ayant permis à Paul Biya de gagner un nouveau mandat. Plus de 100 autres partisans ont été également arrêtés pour le même motif.

Mardi 5 mars, l’opposant camerounais du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), était devant le juge d’instruction du tribunal militaire de Yaoundé. La juridiction s’est déclarée compétente pour juger Kamto et les autres militants de son parti, contrairement à l’avis de la défense exigeant un jugement devant un tribunal de droit civil.

Les plaidoiries se poursuivent mercredi. Suite à quoi le dirigeant du MRC sera fixé sur sa demande d’une libération provisoire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s